San Jose – Costa Rica

Le Costa Rica représente pour moi la première destination d’Amerique Latine découverte il y’a 14 ans, du coup c’est un sentiment un peu spécial de revenir sur un pays déjà connu.

La première chose qui frappe en passant la frontière Nicaragua – Costa Rica, c’est la propreté, on ne trouve plus de détritus au bords des routes, les maisons sont bien entretenues, bref on note l’influence Américaine.

La grande différence en terme de paysage par rapport à mes souvenirs, c’est que nous sommes en saison sèche, du coup cela implique que tout apparaît nettement moins “vert” que l’on pourrait l’imaginer et très sec. Il faudra attendre mai, pour que la pluie revienne.

L’autre grande différence avec les autres pays d’Amerique centrale, c’est le coût de la vie. Alors que le transport (bus) reste très bon marché, un dortoir à 10 personnes revient environ 15 dollars. Alors que pour presque le même prix au Guatemala et Méxique on peut avoir sa propre chambre avec salle de bain privée. Côté nourriture, il vaut mieux manger dehors que tenter de se faire à manger soit-même. Du moins, si l’on mange dans le quartier étudiant, pour 5 dollars on obtient un super menu du jour. Une bière revient à 2-3 dollars. San José peut rester bon marché, tandis que les excursions touristiques et autres lieux ou il s’agit d’avoir un guide, reviennent terriblement cher. (comptez 50-80 dollars le guide). D’où la réputation d’une destination chère.

San José qui n’est pas une ville franchement attirante au premier abord, est en réalité le coeur du pays et déborde de vie estudiantine (plus de 5 universités à San José et dans les bourgades alentours comme Héredia ou Tibas). Du coup, c’est la ville ou la vraie fiesta latina se rencontre avec une ambiance authentique et très agréable, on peut avoir beaucoup de chance et se faire rapidement embarqué par un groupe de Costa Ricien qui se réjouissent de vous faire connaître d’autres lieu de sortie. Alors que dans les destinations de plage on ne trouve que des étrangers (et beaucoup d’Americains) et ou malheureusement on se fait proposer à tout va de la drogue ou les services de filles de joie.

Comme dans la majorité des pays d’Amerique Latine, l’européen et perçu beaucoup plus positivement que l’Americain.

Côté sécurité, San José est loin d’être la ville la plus sûre, donc il s’agit de prendre un taxi de nuit même parfois pour ne faire QUE 500 mètres.

Les photos à l’appui reviendrons d’ici peu, le temps de recevoir un nouvel appareil photo.